Coronavirus

COVID-19 – l’État entre « gestion de l’épidémie » et « gestion de l’économie »

Introduction

covid-19

Depuis le début de 2020, en France comme dans la plupart des pays du monde, sévit la pandémie du coronavirus, la « COVID-19 », longue et inédite, aux conséquences multiples sur la vie sociale et économique.

De mi-mars à mi-mai, la quasi-totalité de la population a été « confinée » à la maison. En juillet et août 2020, le coronavirus a continué à circuler en France. De plus, avec l’accroissement à l’été des tests de dépistage pour le grand public, ainsi que la liberté de déplacement retrouvée des Français et des touristes étrangers, on a constaté un relatif redémarrage du nombre des infections (entre 3 000 et 9 000 par jour début septembre).

Un exemple de simultanéité de redémarrage de la vie économique et de la reprise de l’épidémie est la situation du centre-ville de Marseille, fin août 2020. Malgré un afflux de visiteurs français et étrangers et la réouverture de lieux publics tels que cafés, restaurants, hôtels, comme partout ailleurs en France, on a constaté un port du masque de protection contre la COVID-19 insuffisant dans la population, ainsi qu’un fort taux de nouvelles infections.

Ceci a conduit le Préfet des Bouches-du-Rhône à prendre divers arrêtés : 1/ sanctions pour l’absence de port du masque, 2/ cessation, de 23 heures à 6 heures du matin, des activités des commerces cités plus haut. De nombreux responsables de ces Sociétés, ayant déjà subi des pertes d’exploitation conséquentes pendant les deux mois du confinement, ont publiquement déploré un nouveau manque à gagner.

Cet exemple illustre le type d’arbitrage auquel doivent faire face les autorités de l’État : comment concilier la prévention de la maladie et le déroulement des affaires, fondement de la vie sociale ?

Un autre aspect, cette fois plus rassurant sur le plan économique, de l’épidémie, sera évoqué dans cet article. Il s’agit de la banalisation des nouvelles technologies, en particulier appliquées au télétravail depuis le domicile, dans certaines conditions. L’activité des GAFAM pendant les premiers mois de la COVID sera aussi évoquée. Le système de l’enseignement scolaire en ligne, assez voisin sur le principe et également pratiqué pendant le confinement, ne sera pas traité ici.Lire la suite

Style été

Lettre 120 – Été 2020 – Résilience et confinement

La Lettre 120 est parue

La résilience : définition

En psychologie « La résilience est un phénomène psychologique qui consiste, pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de l’événement traumatique de manière à ne pas, ou plus, vivre dans le malheur et à se reconstruire d’une façon socialement acceptable.

La résilience serait rendue possible grâce à la structuration précoce de la personnalité, par des expériences constructives de l’enfance (avant la confrontation avec des faits potentiellement traumatisants) et parfois par la réflexion,ou la parole, plus rarement par l’encadrement médical d’une thérapie. »

La résilience permet à un individu un nouveau départ après un choc. C’est un concept de psychologie humaine.

Selon Wikipedia, la résilience désigne originellement la résistance d’un matériau aux chocs ; (le « fait de rebondir », du latin resilientia, de resiliens), définition ensuite étendue à la capacité d’un corps, d’un organisme, d’une espèce, d’un système,d’une structure à surmonter une altération de son environnement.

Par extension, on parle de systèmes résilients car s’ils « plantent », ils se remettent automatiquement en condition pour repartir correctement, sans perte d’information.

Nous sommes en pleine pandémie mondiale de la Covid-19. En France, le confinement durant presque deux mois a permis de maîtriser l’expansion de l’épidémie.

Mais il reste du virus dans notre environnement ! Tout le monde doit continuer à faire attention, à respecter les gestes barrières

Pendant le confinement, ADELI a organisé des réunions virtuelles Zoom, des conférences-débats. Des articles continuent à être publiés régulièrement par nos adhérents.

Comme chaque trimestre, « La Lettre d’ADELI » est envoyée à nos adhérents, nos amis adéliens et nos prospects.

Prenez soin de vous !

Les effets du virus et du confinement

Au menu de cette Lettre 120

Lettre 120 - Virus et confinement

L’évolution des métiers

  • Jean Pelletier présente l’évolution des métiers du cinéma à l’ère du numérique, au moment où les tournages ont été interrompus, les salles fermées et le Festival de Cannes annulé ;
  • il enchaîne naturellement sur les effets de la fracture numérique, amplifiée par les effets du confinement et l’omniprésence d’un numérique indispensable.

Enfin, nous vous rappelons l’ouverture du concours 2020 de la meilleure nouvelle d’anticipation, sur le thème de l’intelligence artificielle « À quoi rêvent les robots ? », avec cette année un texte qui devra commencer par les mots « Je fais souvent ce rêve étrange et … ».

Bonne lecture et bel été à tous !

Nous allons collectivement surmonter cette épreuve… Pour être résilient, on peut se préparer en concevant des Plans de Gestion de Crise (PGC), des Plans de Continuité d’Activité (PCA) et des Plans de Reprise d’Activité (PRA). Anticiper pour ne pas être pris au dépourvu… Ce sont des actions préventives et pas simplement réactives…

Alors, profitez bien de votre liberté, car elle pourrait être à nouveau entravée pour cause de virus à l’automne !

Après le choc de cette pandémie, le monde repartira-t-il sur de bonnes bases ; aura-t-il pris conscience de ses erreurs passées ; sera-t-il prêt à partager ses richesses entre tous les humains ?

De belles perspectives à venir, de beaux projets verront le jour, à n’en pas douter. Écoutons, débattons, comprenons les points de vue et les enjeux et décidons d’aller dans une direction nouvelle…

Voir la Lettre 120 (version numérique) ou lire la Lettre 120 sous forme pdf :

Coronavirus

Histoire de Coco le petit virus – juin 2020

Il était une fois un petit virus nommé Coco. Cette histoire est celle d’une pandémie mondiale en cours, en juin 2020 dont on ne connaît pas encore la durée ni toutes les conséquences. Le petit nom du virus m’a été inspiré par Lisa, ma nièce, qui a créé un livre d’enfant sur Coco le virus, avec son enseignante à Paris dans le 5ᵉ arrondissement durant le confinement.Lire la suite

Confinement et résilience 1

Confinement et résilience

Au premier semestre 2020, la pandémie du COVID-19 (Corona Virus Disease 2019) a divulgué deux mots, jusqu’alors peu fréquents dans nos conversations : confinement et résilience.
À tel point que la Lettre d’ADELI en fait le thème de ce numéro 120 de l’été 2020.Lire la suite