Hélène Goffart lauréate du concours de la meilleure nouvelle d’anticipation 2021

Concours ADELI

Hélène Goffart

Le prix de la nouvelle d’anticipation concours 2021

ADELI a reconduit cette année, du 15 mai 2021 au 15 septembre 2021, un concours de nouvelles d’anticipation (en langue française) sur le thème de l’intelligence artificielle « À l’aube du XXIIe siècle ».

Les participants devaient commencer leur texte par l’incipit :  « La ville dont le prince est un robot… »

Cette année 2021, nous avons reçu 67 nouvelles qui explorent, chacune à leur manière, le monde de demain sous l’emprise de robots omniprésents. Ils sont tantôt drôles, tantôt terrifiants, tantôt encourageants. Il y en a pour tous les goûts et toutes les humeurs. Nous observons que plusieurs auteurs concourent et tentent leur chance chaque année avec persévérance. Notre concours a aussi retenu l’attention de nombreux auteurs vivant à l’étranger : la Suisse, la Belgique, le Canada, la Chine, Taiwan, le Benin …

L’année dernière, nous avions publié un recueil (Éditeurs Books on Demand) qui regroupait, outre le texte du lauréat, une sélection des quatorze meilleures nouvelles. Cette sélection donnait un intéressant éclairage prospectif à partir de nos connaissances actuelles.

Cette année ce sont d’autres textes qui s’ajouteront à celui du lauréat pour former le recueil 2021. La liste de ces nouvelles sera communiquée ultérieurement ainsi que la date de publication du livre.

Le jury, réuni à Paris le 15 novembre 2021, a attribué le prix à :

Hélène Goffart pour la nouvelle « L’expérience lunaire ». Elle recevra son prix lors de l’Assemblée générale d’ADELI qui se tiendra à Paris en janvier 2022.

La qualité de son écriture et l’originalité de son récit ont fait l’unanimité au sein du jury. Celui-ci a particulièrement apprécié d’honorer ainsi une candidate francophone et de nationalité Belge.

Hélène Goffart se présente

Née dans les années 70 au sein d’un foyer où la télévision était peu implantée, j’ai lu énormément durant mon enfance. Les littératures de l’imaginaire m’ont toujours fascinée. Je me souviens d’une prise de bec avec ma mère qui voulait me louer un livre sur les aventures d’un chaton. Alors que j’avais jeté mon dévolu sur « Un bonheur électronique », livre de William Camus.  Une intelligence artificielle y gère la quantité d’oxygène à laquelle chaque humain peut prétendre. Ce jour-là, je suis repartie avec le livre sur les chats, jugé plus conforme à la littérature « pour filles ». La semaine suivante, accompagnée de mon père, j’ai finalement loué mon livre de SF à la bibliothèque.

J’aime également beaucoup les histoires fantastiques. Vers l’âge de dix ans, il m’a fallu plusieurs semaines pour lire Ça, livre phénomène de Stephen King, repéré dans un supermarché. Je l’ai dévoré durant une heure par semaine, assise au sol pendant que le reste de la famille faisait les courses.

Après avoir été la seule à lever le doigt lorsque mon institutrice de primaire a demandé qui se destinait à la carrière d’écrivain, j’ai mis ce projet en sommeil durant trente ans. Soit le temps nécessaire aux études, à la carrière professionnelle, aux activités de reproduction biologique et aux achats immobiliers… Puis j’y suis revenue en rédigeant « Entre deux temps », roman fantastique qui tourne autour de la thématique de l’arrêt du temps et de l’extrême solitude. Ce roman  est sorti en 2018 aux éditions Sarah Arcane. Depuis, j’ai pas mal travaillé la forme courte en rédigeant des nouvelles pour divers collectifs édités dans différentes maisons d’éditions (Murmure des soirs, Voy'[el], Lune écarlate, Les somnambules, les éditions du tourment et Angel corp).

L’automne 2021 semble être une période propice pour mes petits écrits, puisqu’en l’espace d’un mois, j’ai appris que quatre de mes textes se trouvaient victorieux dans des concours d’écriture. J’ai donc été lauréate du prix Hemingway avec un texte intitulé « Les liens du groupe sanguin », du concours Re-Nouvelles de la ville de la Louvière avec un texte d’anticipation sur la ville en 2050, d’un concours organisé par le musée des amis de Gustave Flaubert à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’auteur et enfin, aujourd’hui, du concours ADELI.

Très heureuse de ce petit succès soudain, j’aurai le plaisir de voir mon second roman, un livre de science-fiction intitulé « Disparus », sortir aux éditions Sarah Arcane dans le premier trimestre de l’année 2022.

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Concours et marqué , .

Secrétaire adjoint
Resp. de la communication ext.
Membre du comité
Resp. Prix de thèse
Co-Resp. Prix de la nouvelle
Membre du GT métiers