thermomètre

Vous êtes souffrant.. mais aussi pressé? consultez en ligne!

1 – Introduction : histoire, positionnement du problème

Avec une montée en puissance due au WEB2.0, les TIC ont été utilisées, techniquement et organisationnellement, à plusieurs sous-domaines du domaine médical:gestion des dossiers médicaux des patients ; consultation par les professions de santé, les établissements de soins, de cures, etc..

  •  gestion des dossiers administratifs : sécurité sociale, mutuelles, pharmacie ;
  •  santé du quotidien : trouver et prendre rendez-vous avec un généraliste ou un spécialiste, en vue (non exhaustivement), soit de consultation, soit de traitement, soit de prescriptions. La chirurgie en ligne sophistiquée nécessite des plateaux techniques plus sophistiqués, voire coûteux à mettre en place ;
  •  le Danemark est déjà bien avancé dans l’informatisation de son système de santé. Les médecins de famille, qui forment la première ligne des soins, sont équipés depuis de nombreuses années en SIS locaux. Les outils sont bien implantés, en association avec les pharmaciens depuis au moins 2007 ce qui fait que les prescriptions sont en grande partie gérées via l’informatique. Les hôpitaux possèdent aussi leurs propres SIS depuis autant d’années ;
  •  une référence adélienne parmi d’autres a été est une rencontre-débat animée en février 2019 avec Norbert Paquel, Ingénieur ECP et ENSAE, ayant exercé internationalement au plan des systèmes d’information de santé. Citons ses propos :

« Pourquoi tant d’échecs, tous les pays semblant connaître des retards ou échouer ? Ainsi concernant la prescription électronique, la France étant l’un des derniers pays à scanner les ordonnances ! On a perfectionné des SI, centrés sur la gestion des données, par différentes sous-structures aux organisations cloisonnées, du cabinet à l’hôpital ».

A côté d’une analyse générale des attentes et apports de cet outil, la conférence a traité des outils de saisie et gestion des données, et de l’ensemble des questions pratiques, et de confidentialité.

2 – Description succincte d’un cas vécu

Voici, beaucoup plus modestement, et en bref, pour information, un résumé d’une consultation réelle que j’ai vécue en ligne en mai 2019, et quelques impressions. Ma motivation était double: compléter des résultats de généraliste; un souci de rapidité.

Elle s’est déroulée sur l’une des plateformes actuelles, rattachée au Groupe AXA, nous l’appellerons «P».

Je résume quelques points forts, de nature à guider les éventuelles utilisation que vous et votre famille peuvent en attendre :

  •  la plateforme «P» est consultable en ligne via PC ou MAC en pied, portable ou smartphone (et donc au cours d’un voyage, par exemple) ;
  • les coordonnées du praticien, ses références, les procédures de règlement/remboursement sont très aisées à obtenir, d’où une rapidité remarquable dans la prise de RV (même sans connaître l’interlocuteur) ;
  • sur « P » les médecins annoncent leur tarifs et leur conventionnement éventuel ;
  • processus de la consultation: webcam ou visio via mobile, dans les deux sens (durée moyenne: quelques minutes); à noter que pour des raisons matérielles, les consultations sont principalement des échanges voix-image, sans permettre des examens matériels plus précis de type « auscultation » ;
  •  après le diagnostic réciproque, la consultation a abouti à l’élaboration et l’envoi d’ ordonnance(s) et/ou de prescription(s) gérées dans un «espace client» ;
  •  «P» dispose d’ un système de paiement (CB ou chèque) réputé sécurisé, mais propose aussi en option le tiers payant (c’est l’opérateur qui communique alors avec les Caisses et Mutuelles) ;
  •  enfin, sur «P», une hotline très réactive d’échanges texte (FAQ et réponses) est accessible.

En conclusion, après  quelques «réglages»- et répétons-le pour un besoin extrêmement limité – ce premier essai me satisfait pleinement.

Publié dans Usages numériques et marqué , .

Laisser un commentaire